AN/ARC-186 (VHF)

Pourquoi une aussi petite longueur pour tant de matériel ? Là est vraiment la question quand on s’attaque à ce panneau difficile sur deux points :

  1. l’intégration des différents actionneurs dont la roue de sélection des canaux
  2. l’électronique générale et la programmation des échanges.

Schéma d’échange

Electronique

Trois circuits imprimés sont utilisés. Un premier (VHF_01) sur lequel sont fixés les afficheurs et les cinq encodeurs rotatifs, un deuxième (VHF_MC_01) qui gère l’affichage des huit afficheurs 7-segments de 0,36″, et un troisième et dernier (VHF_MC_TR_01) qui envoie les états des actionneurs.

La méthode pour les importations employée est celle de ”génération 2”. A la différence des entrées de type joystick, il faut connaitre l’état précédent d’un actionneur afin d’envoyer le nouvel état. Ce qui impose à la carte, qui génère les sorties, d’être pré-informée et donc de recevoir les exports AN/ARC-186 de DCS.

Réalisation des circuits imprimés

VHF_01

VHF_MC_01

VHF_TR_01

Les actionneurs

Les cinq encodeurs rotatifs sont déjà soudés sur le circuit imprimé VHF_01. Deux rotacteurs 8 positions à 45°, un poussoir OFF-(ON), un petit commutateur ON-OFF-(ON) et un potentiomètre sont nécessaires.

 

 La mécanique

Je n’ai pas réussi à respecter les proportions de l’AN/ARC-186 réel, il s’agit donc d’un compromis. Le support est réalisé en acier 1,2 mm peint en noir, sans machine-outil assistée hélas, mais seulement à la scie-sauteuse, perceuse et limes.

 

Assemblage

L’intégration de connecteurs, dans toutes les parties électroniques, aide le montage, démontage et surtout assure des contacts stables.

 

Quand il y en a pour un, il y a en a pour deux…

Il manque les plaques de désignations et les boutons des actionneurs

 video

Leave a Reply