Technologies utilisées. Article 6 : Exportation des affichages, “deuxième génération” G2

Cet article présente le cheminement des exports. J’entends par exports toutes les informations (affichages, voyants) venant de DCS A-10C.

Dans la même logique de restrictions de câblage pour les imports, l’utilisation d’un bus I²C est faite pour acheminer les informations. L’intérêt est notable pour le CAUTION PANEL où seuls deux fils changent l’état des quarante-huit voyants.
La technologie I²C repose sur des échanges maître-esclave, où un maître peut communiquer sans difficulté de conflit avec plusieurs esclaves. Une carte USB-I²C maître sur l’ordinateur fait l’interface panneaux et ordinateur.
La carte USB contient un micro-contrôleur spécialement programmé et utilisé par l’application MS-Windows GetExport_DCS_A10C. Ce programme reçoit les informations provenant du script LUA d’exportation de DCS A-10C  export.lua.

Les fonctions de calcul, d’interprétation sont gérées par le micro-contrôleur de la carte électronique du panneau, et par le programme GetExport_DCSA10C.

Un câble allant d’un panneau à un répartiteur contient huit fils :

  • (2) +5V et la masse,
  • (2) Bus I²C d’entrée,
  • (2) Bus I²C de sortie,
  • (2) rétroéclairage.

circuit imprimé et fiche connecteur d’un panneau

La création de cette deuxième génération est due aux causes suivantes :

  • Limitation du coût financier, la première génération fonctionne à l’aide de carte joystick se limitant à trente deux entrées,
  • meilleur gestion des commutateurs, état repos, état travail,
  • gestion des potentiomètres.


vue schématique des échanges de deuxième génération

Dans la pratique les modules, importation et exportation, sont placés dans un même boîtier qui sert aussi de répartiteur.

La photographie ci-dessous montre :

  1. Le boîtier de répartition principale comprenant :
    – les modules USB d’importation et d’exportation pour DCS-A10C
    – alimentation 5V pour les panneaux
    – un répartition des câbles vers les panneaux d’une console
  2. Cordon USB du module d’exportation
  3. Cordon USB du module d’importation
  4. Câble “standard” de branchement d’un panneau
  5. Répartiteur secondaire

Technologies utilisées. Article 5 : Importation des actionneurs, “deuxième génération” G2

Cet article présente le cheminement des imports. J’entends par import toutes les informations (actions des commutateurs) allant vers DCS A-10C.

Les imports vers DCS sont gérés via une carte USB embarquant un micro-contrôleur. Ce micro-contrôleur est programmé en tant récepteur pour son interface avec les panneaux, et en tant port de communication série pour son interface avec l’ordinateur.
Un développement sous MS-Windows nommé SetInput_DCS_A10C_win32.exe permet l’interfaçage avec le script LUA export.lua d’HELIOS.

L’état de chaque actionneur d’un panneau, est géré par un micro-contrôleur disposé dans chaque panneau. L’intérêt d’une logique déportée dans un panneau, qu’offre le micro-contrôleur, est la gestion des états des actionneurs et la communication de ces états via un bus de communication léger, qu’est la technologie I²C (deux fils), vers la carte USB connectée au PC.

L’ensemble des panneaux est connecté à des répartiteurs, lesquels amènent le bus I²C des import à la carte USB connectée au PC.

Un câble allant d’un panneau à un répartiteur contient huit fils :

  • (2) +5V et la masse,
  • (2) Bus I²C d’entrée,
  • (2) Bus I²C de sortie,
  • (2) rétroéclairage.

circuit imprimé et fiche connecteur d’un panneau

La création de cette deuxième génération est due aux causes suivantes :

  • Limitation du coût financier, la première génération fonctionne à l’aide de carte joystick se limitant à trente deux entrées,
  • meilleur gestion des commutateurs, état repos, état travail,
  • gestion des potentiomètres.

vue schématique des échanges de deuxième génération

Dans la pratique les modules, importation et exportation, sont placés dans un même boîtier qui sert aussi de répartiteur.

La photographie ci-dessous montre :

  1. Le boîtier de répartition principale comprenant :
    – les modules USB d’importation et d’exportation pour DCS-A10C
    – alimentation 5V pour les panneaux
    – un répartition des câbles vers les panneaux d’une console
  2. Cordon USB du module d’exportation
  3. Cordon USB du module d’importation
  4. Câble “standard” de branchement d’un panneau
  5. Répartiteur secondaire

 

Fabrication d’un voyant d’alarme

Cet article traite de la fabrication d’un voyant d’alarme dont la source lumineuse provient d’une LED à haute intensité.

L’objectif est de fabriquer un voyant bon marché, facile à réaliser avec un bon rendu.

Matériaux :

Le plexiglas sera utilisé :

  • 5mm transparent, par la façade et le logement de la LED
  • 2,5 mm transparent autour du logement de la LED
  • 3 mm translucide  pour la diffusion de la lumière

Imprimé sur feuille transparente (laser), deux imprimés, encollés à l’adhésif double face, seront nécessaires pour un meilleur contraste. Le texte est blanc sur fond noir.

Plan :

Réalisation :


Découpage à la scie et  perçage.
Ponçage de toutes les faces des plexiglas du logement de la LED pour diffuser la lumière.
Collage à la colle cyanolit et adhésif double face pour le texte du voyant.

L’ensemble du voyant, sauf la face avant de lecture, est peint en noir à la bombe de peinture pour contenir la diffusion de lumière.

La LED de 4/5mm est collé dans son logement.

Et le tour est joué…

Technologies

Inutile de rappeler que seules les technologiques électroniques et informatiques sont majoritaires dans ce projet. Les éléments physiques, les panneaux et leur support sont beaucoup moins chronophages.

La liste des articles suivants relate les  techniques employées de façon vulgarisée :

N’hésitez pas à demander plus de précisions, soit en écrivant un e-mail, soit en laissant un commentaire. Étant auteurs des articles et des fabrications, je manque de recul et j’oublie forcément de nombreux détails.

Technologies utilisées. Article 4 : GetExportDCSA10C_win32.exe

Ce programme développé en C++ pour Microsoft Windows permet la communication entre DCS A-10C et les panneaux de cockpit.

La prise en compte des données du simulateur est faite par exportation de celles-ci par un script LUA, une réception de trames UDP/IP, une gestion des données et finalement une émission des données reformatées vers les panneaux de cockpit via un bus de communication I²C.

En voici le principe général :

Continue reading

Technologies utilisées. Article 3 : export.lua

Le script d’exportation de DCS est simple. Son travail consiste à envoyer des trames IP de type UDP vers l’hôte local, c’est à dire le PC du simulateur lui-même, sur le port UDP 10400, ici choisi.

Le code LUA ci-dessous, non commenté, permet l’envoi des informations du panneau du train d’atterrissage. Les éléments exportables DCS A-10C 653, 659, 660, 661et 737 sont donc considérés. On peut retrouver ces identifiants depuis cette liste.

Les trames envoyées sont formatées pour être écoutées, lues par le programme GetExportDCSA10C_win32.exe.

 

export.lua

host = "127.0.0.1"
 port = 10400
 NextTime = 0
function LuaExportStart()
package.path  = package.path..";.\\LuaSocket\\?.lua"
 package.cpath = package.cpath..";.\\LuaSocket\\?.dll"
socket = require("socket")
 c = socket.udp()
 c:setpeername(host, port)
 
end
function LuaExportAfterNextFrame()
local lArgument , lFormat , lArgumentValue
 local lDevice = GetDevice(0)
 local CurrentTime=LoGetModelTime();
lDevice:update_arguments()
 
if CurrentTime >= NextTime then
NextTime = CurrentTime + 0.25;
 -- GEAR
 --Flap level
 socket.try(c:send( string.format("653 3 %.4f\0", lDevice:get_argument_value(653) ) ) )
  --GEAR lights : NOSE , LEFT , RIGHT , WARNING
 socket.try(c:send( "659 1 "..lDevice:get_argument_value(659).."\0" ) )
 socket.try(c:send( "660 1 "..lDevice:get_argument_value(660).."\0" ) )
 socket.try(c:send( "661 1 "..lDevice:get_argument_value(661).."\0" ) )
 socket.try(c:send( "737 1 "..lDevice:get_argument_value(737).."\0" ) )
end
end
function LuaExportStop()
c:close()
end Continue reading 

Technologies utilisées. Article 2 : Exportation des affichages

Cet article présente le cheminement des exports. J’entends par exports toutes les informations (affichages, voyants) venant de DCS A-10C.

Dans la même logique de restrictions de fils que les imports, je vais utiliser un bus I²C pour acheminer les informations. On y verra l’intérêt pour le panneau d’alarme où les états des quarante-huit voyants ne seront véhiculés que par deux fils. La technologie I²C repose sur des échanges maître-esclave, où un maître peut communiquer sans difficulté de conflit avec plusieurs esclaves.arte I²C maître sur l’ordinateur sera une solution. Un modèle USB est préférable. Un programme interfaçant cette carte USB I²C et DCS A-10C devra être écrit. Sur le schéma ci-dessous, ce programme est référencé “GetExportDCS_A10C_win32 “, il sera écrit en C++.  Un script d’export LUA, assurant l’extraction des données, informations du simulateur, sera aussi nécessaire.

Continue reading

Technologies utilisées. Article 1 : Importation des actionneurs

Cet article présente le cheminement des imports. J’entends par imports toutes les informations (actions des commutateurs) allant vers DCS A-10C.

Les imports vers DCS sont gérés via une carte joystick. Le paramétrage, ou l’affectation, des actions est fait à travers l’interface de contrôle de joystick de DCS.

Cependant l’actionneur, un commutateur par exemple, n’est pas directement relié sur la carte joystick. Ce choix est fait pour les raisons suivantes :

  • éviter un trop grand nombre de fils entre un panneau et la carte joystick,
  • gérer l’état repos de certains commutateurs pour DCS,
  • gérer de façon évènementiel le changement d’état d’un commutateur.

Continue reading